L’expérience famille presque zéro déchet – retour sur 6 mois de pesées

En janvier, notre agglomération proposait un défi « famille zéro déchets ». Nous avons pesé nos déchets, recyclé, fabriqué pendant 6 mois pour réduire au maximum, voici un retour sur notre expérience. J’espère que vous y trouverez des motivations, astuces et l’envie à votre tour de limiter vos déchets !

 

La proposition démarrait par une conférence de l’auteur du fameux guide Une famille presque Zéro Déchets. Nous y sommes allées sur demande de mon aînée qui avait trouvé le flyer en biocoop. Alors que j’ai crains le discours rodé, commercial de quelqu’un qui maîtrise les ficelles de la communication en public, mon avis a changé passé les premières minutes. Jérémie Pichon, qui maîtrise son sujet, est surtout convaincu et réussi à convaincre sans agressivité ni gêner son auditoire.  C’est à la suite de cette conférence que nous avons décidé de nous aussi peser régulièrement et tenter de baisser au maximum nos déchets !

Évidement, je ne vais pas vous mentir en vous disant que nous étions déjà dans une démarche de consommation raisonnable et vigilants sur ce sujet. La pesée, nous a permis de constater que nous avions encore de la marge ! Et je ne vous parle pas du choc de la visite du centre de tri !

Nous utilisions des couches lavables depuis notre aînée, fabriquions notre lessive, consommions en vrac, nous fournissons dans une AMAP etc… mais avions encore une bonne marge de progression (et il nous en reste !).

Qu’avons nous changé concrètement et durablement sur ces six mois ?

  • Les brosses à dents : nous utilisons les « bioseptyl ». Fabriquées en France, recyclables ( sauf la tête). Pas d’abonnement, je les prend en magasin qui récupère aussi les manches. Point faible : je n’ai pas changé ma brosse électrique.
  • Le vrac : liquide, solide … Notre chance est d’avoir une biocoop toute neuve qui a ouvert ses portes en juin. Du coup le choix de vrac est très important, nous pouvons tarer nos sac en tissus ou nos bouteilles. Du coup notre consommation de vrac a significativement augmentée.
  • les éponges : fabrication de tawashis, coquilles d’oeufs façon Camille (encore une!).
  • la fabrication de « bees wrap » pour remplacer les papiers de boucherie ou de fromage.
  • la fin des cotons tiges remplacés par un petit « cure oreille » en métal réutilisable à l’infini.
  • plus généralement nous redoublons d’attention sur ce que nous consommons. Nous n’achetions que très peu d’objets « neufs ». Nous avons renforcé ce fait, et avons aussi procédé à un gros tri (avec des enfants réalité augmentée… ).

Ce qui n’a pas fonctionné ou ce qui reste dans notre poubelle ?

  • des articles de consommation courante pour lesquels nous n’avons pas encore trouvé de solution ou bien qu’elles ne fonctionnent pas chez nous : la margarine (pas de beurre ici), le papier toilettes, le pot de yaourt base de nos yaourts, les jeux neufs qui sont offerts aux enfants ( souvent sur-emballés), les chips/tacos et les achats imprévus. Par exemple : pique nique impromptu pas de vrac local, ou encore l’après midi qui se prolonge et l’achat de petits gâteaux…  Et enfin la levure en sachet (gros ou petit) en papier.
  • Le plastique du vrac. En effet, j’achète les pâtes et denrées de ce genre en « gros ». Ainsi, les pâtes que l’on prendrait en vrac sont livrées dans un carton, dans un sac plastique. Il y a donc dans ma poubelle ce sac. Il y en a aussi dans ma poubelle « cachée »….
  • Ce qui n’a pas fonctionné : le dentifrice maison. Notre agglo proposait des ateliers pour fabriquer, le dentifrice s’est révélé un peu trop fort pour mes gencives et je n’ai pas réitéré. Le savon maison: échecs multiples pour moi !
  • Il reste aussi les couverts cassés : assiettes, verres sont lourds et ont fait les frais de l’entrainement d’un bambin

 

Au final, lorsque l’on choisit de réduite ses déchets, on revoit également significativement son mode de consommation et son mode vie. L’impact de nos choix d’adulte influence également nos enfants ( qui deviennent les meilleurs traqueurs de déchets inutiles !).

Je pense que dans les meilleurs conseils lus, vus entendus, celui que l’on peut vous donner est « changez, progressivement, régulièrement ». Lister ce qui vous semble possible et choisissez de réduire semaine après semaine. Par exemple : limiter ses produits ménager, arrêter les gourdes compote jetables, se rendre chez des producteurs locaux (qui vous permettront d’utiliser des contenants réutilisables…)…

 

2 commentaires sur “L’expérience famille presque zéro déchet – retour sur 6 mois de pesées

  1. Félicitations pour toutes ces avancées. Pour la levure, j’ai vu qu’on pouvait la fabriquer soi même avec du bicarbonate de soude, acide citrique et maïzena , à conserver. Ou juste bicarbonate de soude et jus de citron ou vinaigre, à utiliser tout de suite.

    1. Merci pour ton message. En effet, j’utilise le bicarbonate pour remplacer la levure chimique. Mais j’utilise toujours de la levure boulangère car nous faisons notre pain à la machine ou à la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *